PRO VITA
OU LE COMBAT D'UN PRETRE ORTHODOXE ROUMAIN POUR LA VIE

Lettre N°6 / décembre 2001

Affiche PRO VITA


« En vérité, je vous le dis, dans la mesure où vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait. » (Mt 25,40)


MERCI à tous ceux qui ont répondu à nos appels en faveur des enfants accueillis par Pro Vita en Roumanie. En ce début d’hiver déjà très rude là-bas, cette aide est extrêmement importante.


MERCI à toutes les personnes physiques, de plus en plus nombreuses, et aux personnes morales, en particulier aux monastères grec-catholiques (melkites) de la « Deïsis » et de la « Theotokos » de Cantanque à Villebazy (11), au monastère catholique-romain « Notre Dame de Timadeuc » à Rohan (56), à la communauté monastique orthodoxe de « l’Annonciation » à Roziers (77), aux paroisses orthodoxes « St Germain et St Cloud » de Louveciennes (78), « St Jean et St Nectaire » de Rennes (35), « Ste Foy et St Nectaire » de Monestier (24), Sts Pierre et Paul » de Nancy (54), à la communauté du Pain de Vie (catholique) de Plemet (22), à l’association grecque-catholique (ukrainienne) « St John’s the Compassionnate Mission » de Toronto au Canada, aux associations catholiques-romaines « Faire Route Avec Toi » et « La Boutique » de Valenciennes (59), et « Aide au Tiers- Monde » de Sars Poteries (59).

Un MERCI tout particulier au monastère orthodoxe « St Silouane » à St Mars-de-Locquenay (72) et au Centre Orthodoxe d’Etudes et de Prière « Sainte Croix » de Monestier (24), lesquels, répondant à notre appel dans « Pro Vita n°5 » ont permis de payer l’assurance des véhicules donnés en Roumanie.

MERCI encore aux moniales qui nous aident, en particulier au monastère orthodoxe « Notre Dame de Toute Protection » à Bussy-en Othe (89).

MERCI, car Père Nicolae mérite bien d’être aidé. Bien sûr, il y a bien d’autres lieux qui accueillent des orphelins et des enfants de la rue en Roumanie, mais celui-ci revêt quelques particularités qui nous touchent profondément. D’abord, tous ces enfants accueillis, près de trois cents il y a six mois, orphelins, abandonnés, découverts dans la rue et qui retrouvent la paix et la vie dans ce village construit pour eux par des familles qui savent encore laisser une place au pauvre. Mais aussi la manière dont ils sont pris en charge. En effet, Père Nicolae ne refuse jamais personne, il ne sait pas fermer sa porte, alors il s’abandonne à la Providence et accueille tous ceux qui se présentent ou lui sont présentés. Et il faut bien que la Providence se retrousse les manches, car Pro Vita ne reçoit aucune subvention, aucune aide étatique. Père Nicolae sait bien ce qu’il va donner à manger aujourd’hui aux enfants, ce qu’il leur donnera demain, mais après-demain, non, il ne sait pas, il n’a pas. Alors, homme de foi, il se tourne vers Dieu et je crois que Dieu, du haut des Cieux, se laisse toucher par ce pauvre prêtre qui se débat pour nourrir tous ces petits qui sont ses frères. Mais encore, ce qui est admirable, c’est la mobilisation qu’a su créer Père Nicolae parmi ses paroissiens. Tant de familles, souvent déjà nombreuses, toujours pauvres, qui acceptent de recevoir encore en leur sein un ou plusieurs enfants abandonnés. C’est vraiment très beau. Et j’admire Père Nicolae, qui, comme prêtre, mène ainsi son peuple sur des chemins de grande sainteté. Pour aider ces familles, le père a construit une boulangerie communautaire afin de leur donner du pain lorsque c’est possible, pour aider aussi les bénévoles qui s’occupent des enfants, ceux et celles qui animent des ateliers : couture, broderie, menuiserie, ébénisterie, peinture d’icônes sur verre.

Récemment, les hommes du village s’appelant « Gheorghe » (et il y en a un certain nombre !) ont construit une petite église « St Gheorghe » pour les enfants. C’est là que le père les réunit pour les initier à la vie chrétienne. C’est une petite église au cœur du village de Valea Plopului, facile à chauffer, où tous les sièges sont petits, où tout est petit car c’est pour les enfants.

Tous ces lieux communautaires répartis dans le village lui donnent une coloration évangélique toute particulière même si, bien sûr, ce n’est pas tout le monde qui est mobilisé derrière son prêtre. Mais le levain y est fort.

Et puis, il y a la personnalité même de Père Nicolae. En septembre 2000, j’ai eu l’occasion, au cours d’un voyage en Roumanie, de rencontrer un théologien qui enseigne en divers lieux à travers le pays et qui connaît bien Père Nicolae. Et pour cause, par trois fois, ce prêtre a porté la Sainte Communion à Père Nicolae sur son lit de mort… En effet, par trois fois, durant la période communiste, on a attenté a sa vie, à cause de ses activités religieuses. Une fois, lui et son épouse Maria ont été laissés pour morts en pleine nuit, sur la route, suite à un « accident » monté de toutes pièces. Il s’en est fallu de peu qu’ils y laissent la vie, mais des amis médecins ont pu les sortir de là. Ils en gardent toutefois les traces dans leur chair. Et ceci parce que Père Nicolae avait mobilisé les hommes de son village pour construire une église, « Les Saints Archanges », ce qui était interdit. Toutes les nuits les hommes se réunissaient et travaillaient pendant que d’autres montaient la garde. Dès que la police était signalée, tout le monde disparaissait . Et l’église a été construite, fierté de Valéa Plopului. Le père s’est également compromis dans l’édition et la diffusion de livres religieux, ce qui était également interdit, etc. Si bien que ce théologien considère Père Nicolae comme un martyr et un staretz.


Continuons à travailler ensemble


pour aider Père Nicolae et tous ses enfants, des enfants qui, partout à travers le monde, payent le prix fort de la haine, de l’injustice, des guerres qui ne les regardent pas, du péché des plus grands. Toujours et partout, Hérode est au travail pour tuer des innocents.

Bien sûr, ce sont toujours les mêmes qui sont sollicités et qui donnent (il nous appartient d’élargir le cercle…) mais je pense qu’il y a comme une urgence des temps : le monde va mal, de plus en plus mal, et seul l’amour qui s’exprime par la compassion, la sollicitude, le partage effectif, est capable de freiner sa course suicidaire et de lui montrer le chemin de la vie, de la vraie vie.

Pour nous occidentaux, il y a urgence et comme obligation, et comme nous sommes tous solidaires par nature, qu’on le veuille ou pas, il faut aimer et donner pour ceux qui n’aiment pas et ne donnent pas si nous souhaitons que l’Occident soit sauvé.

Lors de notre passage dans la paroisse « St Pierre et St paul » de Nancy avec Père Nicolae, ce dernier m’a demandé de dire un petit mot après les vêpres. Comme nous venions d’entendre, peu de temps auparavant, la parabole de Lazare et du riche, je faisais remarquer que compte tenu de la peine infligée au riche qui n’avait pas vu le pauvre à sa porte, quelle sera donc la peine du riche qui aura eu connaissance du pauvre assis à sa porte ? Aujourd’hui, par les médias, nous savons bien qu’aux portes de l’Occident, communautairement riche, beaucoup de pauvres sont assis, victimes d’un système économique mondial qui non seulement n’est pas évangélique mais n’est pas juste, pas humain. Aussi avons-nous l’obligation de regarder Lazare et de l’aider pour éviter à notre Occident de sombrer dans la mort de l’égoïsme.

Bien chers frères et sœurs, en ce jour où nous célébrons la naissance
d’un enfant pauvre et rejeté, du Christ qui « de condition divine,
ne retint pas jalousement le rang qui l’égalait à Dieu »,
je vous souhaite de passer de bonnes fêtes en famille, sans oublier ceux
qui n’en ont pas, et déjà une heureuse et sainte année 2002.
Que Dieu nous aide !

Le 25 décembre 2001,

Père Philippe


Haut de page

« En vérité, je vous le dis, dans la mesure où vous ne l’avez point fait à l’un de ces petits, c’est à moi que vous ne l’avez point fait.
Et ils s’en iront, ceux-ci à la peine éternelle, et les justes à une vie éternelle.
(Mt 25, 45-46)

Je suis de nouveau parti pour la Roumanie au mois d’août, durant mes congés, avec mon épouse et deux de nos enfants, afin d’établir de nouveaux contacts, de constater la croissance du centre de Pro Vita à Valea Screzii, de resserrer les liens fraternels qui nous unissent à ceux et celles qui travaillent pour les enfants, et continuer mon enquête sur l’archimandrite Sebastian Ostăşescu (cf Pro Vita n° 2).

Là-bas, nous avons été rejoints par une famille française de Buc (78), André et Laurence Trofimoff et leurs enfants. L’aîné, Paul, s’est vivement intéressé à l’œuvre, si bien qu’à son retour en France il a contacté diverses paroisses afin d’y organiser des quêtes en faveur des orphelins. Bravo et bon courage, Paul !

A Valea Screzii, nous avons pu constater beaucoup de changements depuis mon dernier passage en avril. Un nouveau bâtiment a été construit et d’autres sont bien avancés. L’étable est terminée ; le dispensaire, achevé, est officiellement inauguré. Nous avons pu constater aussi que la Renault 18 donnée par la moniale Marfa et la Névada donnée par la Fraternité Orthodoxe du Pain de Vie étaient vraiment d’une grande utilité, toujours sur la route, pleines d’enfants. C’est un effort à continuer, que de fournir Pro Vita en véhicules.

Au mois d’août, une équipe de jeunes italiens ont animé le camp que Père Nicolae souhaite annuel pour les enfants du centre, afin qu’ils aient, eux aussi, un temps de « vacances ». Les jeunes, adolescents et adultes, ont donné plusieurs semaines de leurs congés pour encadrer les enfants, organiser jeux et veillées, animer toutes sortes d’activités.

De passage à Bucarest, nous avons eu la joie de pouvoir passer un temps avec notre métropolite, l’archevêque Joseph, occasion de partager sur la façon dont notre association, dont il est le président, peut aider Pro Vita. Le métropolite a à cœur, en particulier, la formation intellectuelle et manuelle des jeunes pour qu’ils acquièrent un savoir-faire, voire une qualification, afin de préparer leur avenir.

Merci à Père Nicolae de nous avoir encore cette fois-ci bien accueillis ; merci à tous les animateurs de Pro Vita.

 

Aide apportée à Père Nicolae et à l’œuvre « Pro Vita »

A l’occasion de la venue en France de Père Nicolae, en octobre dernier,nous avons pu lui remettre, de votre part, la somme de 20 000 F.

Après notre passage au lycée « Jean XXIII » de Montigny-lès-Metz et à la paroisse orthodoxe « Sts Pierre et Paul » de Nancy, nous lui avons encore remis la somme de 1540 F. et lui-même a reçu directement 1650F.

Père Nicolae a pu aussi repartir avec un véhicule, une Peugeot 505 break, donnée par l’association « Aide au Tiers-Monde » basée à Sars Poteries (59).

Enfin, en ce mois de décembre, nous sommes encore en mesure de procéder à un virement de 5000 F. sur le compte de « Pro Vita » en Roumanie. Nous espérons qu’il arrive pour Noël …

Que Dieu soit béni !


Haut de page

Croix Décès

Un membre de notre association, Yves Le Bars, est décédé à l’âge de 36 ans dans un accident de la route, le 28 août au soir. Nous vous invitons à prier pour le repos de son âme et pour ses parents.

« Fais reposer avec les Saints, ô Christ, l’âme de ton serviteur, là où il n’y a ni douleur, ni tristesse, ni gémissement, mais une vie sans fin.Toi seul es immortel, toi qui as créé et façonné l’homme. Mortels, nous avons été formés de la terre et à la terre nous retourneroons, ainsi que tu l’as ordonné, toi qui as dit : Terre tu es, et à la terre tu retourneras. Transformons les sanglots funèbres en chant de louange :
Alleluia, Allelluia, Alleluia ! »

(Kondakion des défunts)

Les obsèques d’Yves Le Bars

Yves était très attaché à l’association et à l’aide apportée aux enfants de Roumanie. Aussi, à l’occasion de ses obsèques, ses parents, Michel et Marie-Thérèse, ont proposé à l’assemblée de donner pour l’œuvre « Pro Vita » plutôt que d’offrir des fleurs. Ils ont ainsi remis à notre trésorière la somme réunie : 4 140 F. en chèques et 4 140 F. en liquide soit 8 280 F.

Nous avons récemment passé une après-midi avec Michel et Marie-Thérèse, et prié ensemble pour le repos d’Yves, dans le petit cimetière breton de Goudelin.

Merci encore à la famille d’Yves pour ce témoignage, pour cette action courageuse qui favorise la vie des enfants.


Haut de page


TEMOIGNAGES

Informer et mobiliser les jeunes

Contrairement à ce que l’on entend parfois ou à ce que l’on peut croire, les jeunes d’aujourd’hui sont généreux, sensibles à la solidarité et prêts à se mobiliser pour agir. En octobre, j’ai été impressionné par l’accueil fait par les jeunes du Lycée Jean XXIII au Père Nicolae et à son message malgré les problèmes dûs à la langue (voir compte-rendu plus loin). L’action menée par Marie-Claire et Jean-Claude Hipeau est intéressante à plusieurs égards : bien sûr l’aide matérielle apportée aux enfants de « Pro Vita » mais aussi la possibilité de donner à des jeunes les moyens de s’engager en faveur des autres, de les éveiller à la compassion, à la solidarité entre les peuples, ici les peuples de France et de Roumanie, à assumer les différences en passant par-dessus les préjugés puisque ces jeunes sont catholique-romains et Père Nicolae et ses enfants orthodoxes.

Les jeunes peuvent être généreux et se mobiliser s’il se trouve des adultes pour les éveiller . Et c’est un devoir pour les adultes d’ouvrir aux plus jeunes les chemins de l’amour du prochain. Aussi, puisque Dieu a béni l’action de Marie-Claire et Jean-Claude à Jean XXIII, Il peut le faire ailleurs ! Cette expérience doit pouvoir être reproduite dans d’autres établissements, elle peut intéresser d’autres enseignants par sa double action caritative et pédagogique.

Vous pouvez éventuellement contacter Marie-Claire et Jean-Claude Hipeau, ils sont disponibles pour partager leur expérience :

Marie-Claire et Jean-Claude Hipeau
14, rue de l’Eglise
57 680 GORZE
tél/fax : 03.87.52.83.26
e-mail : jhipeau@club-internet.fr

Une jeune volontaire en Roumanie

Elisabeth est la fille de notre secrétaire Nathalie Gérardin. Elle a choisi de passer trois mois, de juillet à septembre 2001, auprès de Père Nicolae à Valea Plopului. Là-bas, elle s’est occupée des bébés et a donné des cours de français aux jeunes.

En peu de temps elle a appris le roumain, au point qu’elle a pu me servir d’interprète dans l’enquête que je mène sur l’archimandrite Sebastian Ostăşescu, de bienheureuse mémoire. Elle a su aussi se faire apprécier des adultes et une jeune maman lui a demandé d’être la marraine de sa fille baptisée en août.

Bravo pour son courage car elle n’a que… 17 ans, et félicitations pour son dévouement. C’est un beau témoignage, qui peut aider d’autres jeunes à prendre la décision de tenter une telle expérience, si enrichissante à bien des égards.

Comment aider Père Nicolae et ses enfants

- Bien sûr par des dons, c’est le plus facile.

- Un véhicule diesel serait très utile à l’association Pro Vita. Le carburant ne cesse d’augmenter en Roumanie et les déplacements sont pourtant nécessaires : transport des enfants, de matériel, déplacements à l’étranger.

- Père Nicolae a aussi besoin de matériel pour le dispensaire :
Tensiomètre, stéthoscope, glucomètre (+ tests), trousse de petite chirurgie, appareil EKG, seringues, pansements stériles, antibiotiques, antiseptiques, solutions ORL, expectorants, anti-inflammatoires, vitamine C etc…


ET… en diffusant largement toutes les lettres « Pro Vita ». C’est un moyen simple mais efficace. Il faut faire circuler l’information.
Nous pouvons vous faire parvenir les lettres 1, 2, 3, 4, 5. N’hésitez pas à nous les demander.



RENCONTRE AVEC LE PERE NICOLAE Tănase A L’ENSEMBLE SCOLAIRE
JEAN XXIII DE MONTIGNY-LES-METZ ET A LA PAROISSE ORTHODOXE FRANCO-ROUMAINE SAINT PIERRE ET SAINT PAUL DE NANCY


Comme nous le relations dans les feuillets ProVita n°4 et 5, une action caritative qui a mobilisé des élèves, parents, professeurs a été réalisée en faveur des orphelinats de Valea Plopului et Valea Screzii en Roumanie.

Cette action a connu un prolongement fructueux avec la venue à Jean XXIII du Père Nicolae Tănase, fondateur et responsable de deux villages d’accueil pour les enfants roumains abandonnés. De passage en France, le 23 Octobre dernier, accompagné par deux de ses enfants et par le Père Philippe Calès, il a rendu visite aux élèves de 4ème, 3ème désireux de mieux connaître le combat du Père Nicolae pour la vie et d’apporter à nouveau leur aide aux plus démunis.

Pour accueillir les bébés confiés par leurs mamans qui ont refusé l’avortement, et les enfants abandonnés par leurs parents, le Père Nicolae a fait construire des maisons dans deux villages de Valachie : Valea Screzii et Valea Plopului. A ce jour, 208 enfants sont hébergés dans ces maisons, mais ils manquent de tout. « Nous avons à manger pour demain, mais nous ne savons pas ce que nous mangerons après-demain.» est une des phrases du Père Nicolae qui évoque bien les difficultés rencontrées pour assurer le quotidien des enfants dans un pays dont la situation économique est catastrophique. Cependant, « Confiant en la grâce de Dieu qui pourvoit aux besoins », Père Nicolae remercie élèves, parents, professeurs pour leur générosité et souligne que toute aide financière est bienvenue certes, mais qu’il est important pour les enfants de l’orphelinat de se sentir considérés, aimés, valorisés. C’est pourquoi, à l’issue d’un échange agrémenté de photographies et qui a suscité de nombreuses questions de la part des élèves, est née l’idée d’un parrainage qui pourrait démarrer avec la mise en place d’une correspondance entre les jeunes des orphelinats et ceux de Jean XXIII.

Heureux de cette proposition, et pour la concrétiser, le Père Nicolae nous fera parvenir une liste de noms de jeunes, accompagnée de leur photo. Ainsi pourra commencer l’échange épistolaire.

Avant de clore cette rencontre, le Père Nicolae a invité tous les jeunes à lui rendre visite en Roumanie. Les élèves, impressionnés par sa présence et sensibles à son témoignage, comptent bien répondre à cette invitation.

Merci au Père Nicolae qui, malgré un emploi du temps bien chargé, a donné de son temps pour parler avec gravité et humour de son œuvre d’amour et de charité. L’occasion a ainsi été donnée à nos jeunes de s’ouvrir à de dures réalités qu’ils étaient loin d’imaginer, et d’ouvrir leur cœur.

L’aide apportée aux enfants de Roumanie a débuté par la confection de boules de Noël en tissu qui seront vendues au profit des orphelinats du Père Nicolae.

D’autres opérations sont prévues : vente de gâteaux, de cartes de Noël, d’objets d’artisanat réalisés par les enfants de l’orphelinat, brocante, collecte de médicaments auprès d’une pharmacie…
A noter que le passage du Père Nicolae a marqué les professeurs avec lesquels il a échangé au cours du déjeuner à l’école et d’autres qui l’ont croisé dans l’ensemble scolaire. Depuis la venue du Père Nicolae, plusieurs d’entre eux, dans un souci d’ouverture et d’information ont posé des questions sur l’Orthodoxie et ont demandé une bibliographie sur la spiritualité orthodoxe et sur les icônes.

Après sa visite à Jean XXIII, le Père Nicolae accompagné de ses deux fils, du Père Philippe et du lecteur Jean-Claude se rendit à Saint Nicolas de Port à une dizaine de kilomètres de Nancy. Dans la Basilique Saint Nicolas, les Pères Nicolae et Philippe ainsi que leurs accompagnateurs furent accueillis chaleureusement par le recteur l’abbé Jean-Louis Jacquot, qui improvisa une visite commentée et permit la vénération des reliques de Saint Nicolas. Le Père Nicolae remercia le Père Jean-Louis de la qualité de son accueil.

Ensuite le Père Nicolae et le Père Philippe furent invités à célébrer les Vêpres à la paroisse orthodoxe franco-roumaine Saint Pierre et Saint Paul de Nancy. A la fin des Vêpres, le Père Nicolae a rencontré les fidèles venus nombreux, ainsi que des catholiques nancéens, heureux de faire sa connaissance et de s’entretenir avec lui.

Merci Père Nicolae de nous avoir rendu visite, merci Père Philippe de l’avoir accompagné jusqu’en Lorraine.


Haut de page

Bonne nouvelle pour les donateurs !


Nous sommes désormais autorisés, par la direction des Services Fiscaux des Côtes d’Armor, à délivrer des reçus fiscaux aux donateurs.

Notre association peut recevoir des dons pour lesquels une réduction d’impôt ou une déduction du résultat pour les entreprises peut être admise. Les personnes qui versent ces sommes pourront joindre à leur déclaration de revenu des reçus correspondant au modèle fixé par l’arrêté ministériel du 25 octobre 2000, « reçu pour dons aux œuvres » (article 200-5 du Code Général des Impôts).

Aussi toutes les personnes qui ont donné de l’argent à notre association recevront-elles, en janvier/février 2002 un reçu pour l’ensemble des dons versés en 2001.

NOUVEAU !

Ce n’est qu’un début, mais vous pouvez avoir quelques photos et quelques renseignements sur le site Internet de la Métropole Roumaine d’Europe Occidentale et Méridionnale.


APPEL


Nathalie qui jusqu'à présent assurait le secrétariat de la lettre "PRO VITA" ne peut plus assurer cette tâche. Aussi cherchons nous une bonne volonté pour reprendre ce service.

Ce n'est pas grave si la présentation doit changer ; le travail peut-être réalisé sur micro ou machine à écrire, l'important est que "PRO VITA" continue à être diffusée.

MERCI

Père Philippe


Haut de page